Sauvons la piscine ancely – acte 3

SAUVONS la PISCINE ANCELY : acte III

Lors de la Commission de Quartier du 8 mars 2016 Mme Arribagé, adjointe au Maire en charge des sports et députée UMP, absente car «très occupée sur le terrain», fait annoncer par un directeur technique la fermeture définitive de la Piscine Ancely. La rentabilité est l’argument principal de cette décision.

Un équipement public a t’il vocation à être rentable ? Il en va de même des bibliothèques, des écoles et de tous les services publics.

Il faut savoir que la piscine Ancely n’a rien coûté à la Ville : financée par des fonds coopératifs, elle appartient à la société HLM des Chalets, qui lui en a cédé la gestion en novembre 1984 pour l’euro symbolique, sous convention d’entretien et d’exploitation.

De toutes façons, les arguments déployés sont faux : la Mairie s’est tout d’abord appuyée sur la fréquentation de l’été 2014, avec une météo désastreuse. Elle a ensuite organisé la baisse de fréquentation en réduisant progressivement les heures d’ouverture : avant, les centres de loisirs y venaient le matin, les hospitaliers à la pause de midi, et les travailleurs du quartier le soir après le boulot.

D’autre part, aucune communication n’a été réalisée pour promouvoir cette piscine, qui n’apparaît pas sur le site de la Ville de Toulouse : beaucoup de nouveaux habitants du quartier en ignorent l’existence…

Les solutions alternatives proposées ne sont pas acceptables : Job est une piscine couverte, dédiée exclusivement à la natation, sans espace de loisirs ; Chapou a connu l’an dernier une surpopulation fâcheuse (des pics de 800 personnes), tout comme Nakache. Quant à Blagnac et Colomiers, suggérés par Mme Susset, maire déléguée au quartier 6-1, comment une ville de l’importance de Toulouse peut-elle prétendre envoyer ses baigneurs dans les communes voisines ?

De plus, ces équipements sont proches à vol d’oiseau, mais ne sont pas desservis par les transports en commun depuis notre quartier, ce que semblent ignorer nos décideurs.

L’entretien de la piscine Ancely n’ayant pas été réalisé, il faut cette année changer les pompes, pour un coût de 100.000€ : dérisoire, en comparaison des dépenses décidées à Toulouse pour accueillir le Mondial de foot. L’augmentation de 15% des impôts locaux permettrait pourtant de prendre en charge aisément cette juste dépense.

Une piscine d’été est un besoin pour une grande ville du midi, surtout par fortes chaleurs, au coeur d’un quartier en pleine expansion. La piscine Ancely est un espace de loisirs de plein air, sous les arbres séculaires, avec une fonction socialisante inter-générations, capitale dans une zone ubaine où tout le monde ne part pas en vacances…

Monsieur Jean-Luc Moudenc, serez-vous le Maire qui mettra un terme à près de 2000 ans de baignade à Ancely ?

Notre mobilisation a déjà fait reculer la Mairie en 2014 et 2015 : tous ensemble affichons notre désapprobation et notre détermination, gagnons la ré-ouverture pour l’été 2016, et exigeons la rénovation d’un équipement nécessaire au quartier et à tous les Toulousains.